Un beau jour se lève à nouveau sous le soleil libanais. L’occasion idéale pour partir à la découverte d’un nouveau village marqué par l’histoire du Liban. Situé en montagne, Beit Mery est à la fois un village et une station balnéaire estivale. Un site touristique qui vaut le détour parce qu’il abrite un des plus beaux vestiges patrimoniaux du Liban, Deir al Qalaa.

https://www.instagram.com/p/BZOfSFUFp-0/

https://www.instagram.com/p/BYsRb40FMd0/

Deir al-Qalaa est une église du monastère de Saint Jean Baptiste, construite initialement en 1750 sur les ruines d’un ancien temple romain. Situé à 800 m d’altitude, à la périphérie Est de l’agglomération beyrouthine, à l’entrée du village de Beit Mery, le site offre une vue imprenable sur la capitale.

https://www.instagram.com/p/BSpyXVFDVKS/

https://www.instagram.com/p/ykI5fLi4fO/

Avant de devenir ce qu’elle est aujourd’hui, un vestige du passé, l’église du monastère de Saint jean Baptiste a vu toute une succession de constructions-destructions. D’abord une première église qui fut détruite, puis une nouvelle construction en 1768, puis une autre au XIXe siècle basée sur les restes de la structure de la seconde église.

https://www.instagram.com/p/BYkYnUdgRj2/

https://www.instagram.com/p/BvEsXungg_y/

De l’ancien temple romain, il reste aujourd’hui des blocs massifs qui forment la fondation de l’église. Ce temple, dédié au grand dieu Baal Marqod, date du Ier siècle de notre ère. Il s’agit du troisième temple le plus large au Liban après Baalbek et Niha. Le monument fait exactement 40 m de long sur 17 m de large. Aujourd’hui, on peut encore observer sur place, quelques colonnes de l’ancienne façade du temple. D’un diamètre de 1,65 m, elles ornent majestueusement la plateforme aménagée devant l’entrée de l’église.

https://www.instagram.com/p/BSPDbuFBb_6/

https://www.instagram.com/p/BpbjQGdDBcf/

Un ensemble cultuel composé de petits temples se trouvent en contrebas du monastère. A savoir le temple dédié à Junon, avatar d’une Astarté phénicienne érigé sous le règne de Trajan (98-117). Les deux sites sont séparés par une porte monumentale. Selon une inscription latine visible sur les lieux, cette porte a été érigée en l’honneur de l’empereur Trajanus (117-198 avant J.C)

https://www.instagram.com/p/BUV-QBxl87J/

Juste en face de ces temples, on retrouve les ruines d’une cité byzantine (Ve et Vie siècle). Ce sont celles d’une église pavée de mosaïques, restaurée au VIe siècle sous le règne de Justinien. Juste à côté de l’église se trouve les restes de thermes romains. Une partie du sol, détruite, laisse apparaître les colonnes formées de disques de céramiques.

https://www.instagram.com/p/Bpjr33HDBC5/

A l’époque romaine, la cité était composée de ruelles dallées bordées de portiques qui donnaient directement sur des boutiques. Certains quartiers résidentiels sont encore visibles, ainsi que des pressoirs. Les ruelles quant à elles sont composées d’un système de canalisation pour permettre le drainage. Le site est accessible au grand public.

Ziyad

Ziyad

Co-fondateur de Libshop, passionné de cuisine, explorateur digital et curieux invétéré !

L'article vous a plu ? Partagez-le 💚

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *