Au lever du soleil, au Liban, le ciel se dégage sur tous les sites qui entourent la capitale, Beyrouth. Avide de vivre de nouvelles aventures dans le pays du Cèdre, je vous conseille vivement de faire un tour vers un site antique qui s’appelle Baalbek, et qui abrite une ancienne cité phénicienne dédiée au dieu Baal, dieu de la vie et de la fertilité, qui fut ensuite agrémenté par les Romains, et qui en firent un trésor architectural. C’est aujourd’hui l’un des sanctuaires les plus célèbres du monde romain et un modèle de l’architecture romaine de la période impériale.

Au travers de la chaîne de montagne du Mont Liban, à seulement 80 km de Beyrouth, le parcours offre un paysage exceptionnel en passant par la plaine de la Bekaa. Vous vous retrouverez un peu plus près de la Syrie. La route qui mène à Baalbek peut parfois être embouteillée. Mais après deux heures trente de route, le détour vaut la peine, pour s’enrichir de l’histoire très impressionnante de la région. Bienvenue à Baalbek, et plus précisément dans le site antique des ruines de Baalbek, parmi les plus grands et les mieux conservés de l’architecture romaine.

Les proportions gigantesques de cette acropole romaine ne manqueront pas de vous impressionner. Les ruines de Baalbek vous accueillent, hiver comme été, soit dans une ambiance multicolore et des sommets majestueusement blanchis par la neige ; soit sous un soleil réchauffant, parfois insupportable en été.

L’idéal, c’est de commencer la visite très tôt le matin pour passer deux bonnes heures à s’enrichir des histoires surprenantes du site.

Temples, ruines et propylées forment les ruines de Baalbek. Cette ville antique située au nord de la plaine de la Bekaa au Liban est impressionnante. Elle a été construite il y a plus de 5 000 ans par les phéniciens, les ancêtres des Libanais. Un site qui, malgré les vols, les tremblements de terre et les différentes guerres qui l’ont traversé, a su garder l’authenticité de son archéologie originelle grâce à l’intervention d’archéologues libanais, français et allemands.

Découvrez les propylées, véritable vestibule à colonnes qui forment l’entrée aux sanctuaires. Une merveille à laquelle on accède depuis un escalier monumental construit par des archéologues allemands entre 1900 et 1904.

En tout, on y découvre 12 colonnes de granit et de bancs de pierres blanches. Le parcours mène jusqu’à la cour Hexagonale, un espace en forme d’étoile orientale, bâti au IIIème siècle après J.C et dédié autrefois au recueillement ou à la détente des fidèles.

La Grande Cour qui précède le temple de Jupiter, impressionne par ses dimensions titanesques de 89 m de long sur 50  de large. Aujourd’hui, il ne reste plus que 6 des 54 colonnes corinthiennes qui l’entouraient autrefois. Mais leur frise décorative agrémentée de têtes de lion et de taureaux demeure toujours visible. Plus loin et plus petit, le temple de Bacchus se dévoile par son entrée sculptée de raisins, de coquelicots et de scènes bachiques.

Non loin de là, le temple de Vénus se distingue par sa forme très proche d’un fer de cheval. Il s’agrémente de sculptures de coquillages et de colombes, en hommage à la fameuse déesse.

Ziyad

Ziyad

Co-fondateur de Libshop, passionné de cuisine, explorateur digital et curieux invétéré !

L'article vous a plu ? Partagez-le 💚

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.